Une histoire de vie

Histoire de vie : C’est ça « être ensemble », c’est quand un plus faible peut puiser dans l’énergie de celui qui en a.

 

 

Rayonnante, curieuse, ouverte, Nathalie Pellerin n’hésite pas à prendre des risques et à explorer de nouvelles voies pour partager, par ce récit, ce qui est cher à son cœur.

 

Ensemble

Une histoire de vie
L’importance d’être « ensemble »

Pour commencer, j’ai vécu une expérience fabuleuse en Mongolie. Nous faisions une randonnée à cheval avec six personnes, des Occidentaux, et quatre cavaliers mongols. Nous devions faire 500 kilomètres avec une dizaine de chevaux. Très vite, l’un d’eux a montré des signes de faiblesse : il était à la traîne, se faisait piquer par des taons… Nous nous inquiétions. L’un des Mongols nous a dit : « ne vous inquiétez pas, on est ensemble. » Sur le moment, je n’ai pas compris, le fait d’être ensemble n’allait pas faire avancer le cheval.

Cependant, on a continué, et ce fameux cheval s’est arrêté, à la limite de l’évanouissement. On était terrorisés ! Après cela, une scène magnifique. Tous les mongols se sont mis autour de lui, ont pris leurs manteaux et l’ont « habillé ». Ils ont posé leurs mains au-dessus et ont caressé son flanc. L’un d’eux chantonnait avec une décontraction étonnante.

Nous observions de loin, et j’ai eu un flash. J’avais l’impression que c’était un seul être, c’était magique, puissant. C’est-à-dire qu’il y avait une énergie qui circulait et, à un moment, le cheval s’est relevé comme un poulain qui vient de naître. Celui qui nous avait dit de ne pas nous inquiéter m’a jeté un regard complice.

En conclusion, c’est ça « être ensemble ». Une merveilleuse leçon de vie. Je comprends qu’être ensemble, c’est quand un plus faible peut puiser dans l’énergie de celui qui en a.

Savoir ça donne une confiance incroyable, et c’est ce qui fait toute la force d’une équipe !

 

Rayonner

Je trouve que c’est le plus beau cadeau que l’on puisse faire à son entourage. C’est l’une des plus belles qualités. Quelqu’un qui déborde de bonnes énergies, ça transparaît. Et à son contact, on a l’impression d’être devant sa lumière. De plus, c’est quelque chose qui me touche. On peut parfois trouver égoïste de prendre du temps pour soi, de s’enfermer dans sa bulle et vouloir être un moment seul…

Mais ces gens-là se ressourcent et trouvent l’énergie pour être en phase avec plein de choses. Et après, ils sont capables de rayonner. Ça a quelque chose de magnétique. Parfois, dans la rue, on croise une personne en se disant « waouh! ». C’est assez magique aussi.

 

Intuition

La seule et unique résolution prise a été d’écouter mon intuition. Et pour le moment, ça fonctionne. C’est important, quand on se réveille le matin avec une idée précise, un message, de l’écouter. Souvent on s’en empêche, en se disant que ce n’est pas raisonnable. J’ai vraiment l’impression que l’on a nos cinq sens, tournés vers l’extérieur, et l’intuition est comme un sixième sens mille fois plus puissant.

Je ne sais pas ce que le cerveau capte, mais une intuition est rarement mauvaise. Quand une idée me vient, j’ai décidé de lui faire confiance. L’écouter fait peur parfois. Puis quand on se rend compte qu’on fait bien de la suivre, on ne se pose plus de questions. C’est une évidence.

 

Etre soi

Tout d’abord, c’est très dur de savoir qui l’on est. Dans une société où on est tous hyperconnectés, avec nos téléphones, nos tablettes, les informations… On ne prend plus le temps de savoir qui nous sommes.

Par exemple, j’ai vécu une expérience fascinante lors d’un stage de méditation. Pendant dix jours, nous n’avions plus de téléphone, aucune connexion, aucun lien avec le monde. On ne parlait plus et on ne pouvait pas écrire. On méditait dix heures par jour sans se soucier de l’extérieur. C’est très dur au début.

Une histoire de vie
Le silence pour se retrouver…

On est dans un silence vrai, et on se retrouve face à soi. De plus, j’ai vraiment eu l’impression de contacter la personne que j’étais vraiment. J’ai découvert quelque chose de bouillonnant et de serein en même temps. Après cette expérience, j’ai vraiment ressenti que tout était devenu clair. Comme si à la place du vide, tout ce qui était nécessaire était venu. Les intuitions ont la place de surgir et d’être entendues. Elles ne sont plus immédiatement balayées. C’est peut-être à ce moment que je me suis mise à l’écouter.

Après cette expérience, j’ai pris un congé sabbatique de six mois, en me déconnectant à nouveau, en lâchant toutes les contraintes. Revenir à soi grâce à des pauses, ça change la vie. Il faut le faire régulièrement, même sur une journée ou deux par exemple; se dire je déconnecte du monde pour revenir à moi. Ça change beaucoup de choses de sentir cette vie.

 

Si vous êtes d’accord avec ces valeurs, partagez-les !

 

Prenez soin de vous

Romain

Facebook Mal être au travail

Instagram Mal être au travail

 

Note : Happinez – Nathalie Pellerin, journaliste. Histoire de vie.

Histoire de vie, histoire de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.