Se cacher pour pleurer

Les faibles dans notre société

Les faibles ont-ils leurs places dans notre société ?

Qu’est-ce-qu’un faible ?

Celui qui ne s’exprime pas tout haut, celui qui s’écrase devant l’adversité, celui qui n’a jamais d’avis…

Faut-il les mettre à l’écart ?

D’abord, commençons par la signification du mot « faible », selon le dictionnaire Larousse : Qui manque de vigueur, de force physique, de capacité, de force intellectuelle, se sentir faible devant l’ennemi.  

AH VOILA ! Larousse nous dit se sentir faible devant l’ennemi.

Est-ce-que les personnes dites « faibles » voient les autres personnes comme des ennemis ?

Le « faible » passe donc son temps à se comparer… Un peu comme nous tous…

La faiblesse n’est donc qu’une question de point de vue ? Comparer un faible à un autre faible, ça ne donne pas grand-chose. Une personne peut être « faible » pour certains et « forte » pour d’autres.

 

UN RELIGIEUX DIT :

 Nous sommes tous des faibles car nous sommes toutes des personnes à la recherche de quelque chose : 

  • Ceux d’entre nous qui sont à l’université cherchent à obtenir leur diplôme.
  • Ceux d’entre nous qui recherchent un emploi cherche à avoir un emploi stable.
  • Ceux d’entre nous qui ont un crédit cherche à boucler leur solde le plus tôt possible.

Tous autant que nous sommes, nous cherchons tous quelque chose, quel soit grande ou petite. Et c’est pourquoi nous sommes tous faibles.

Les seules personnes fortes sont celles qui n’ont besoin de rien !

La force des femmes

PLEURER C’EST POUR LES FAIBLES !

On peut noter que dans l’inconscient collectif de chacun, pleurer serait une preuve de faiblesse. Alors qu’en se creusant un peu, le faite de pleurer n’est qu’une façon d’expulser nos émotions (et sans faire de mal à personne). Ne serait-ce pas une preuve d’assurance de soi ? Tu as envie de pleurer, tu pleures !

Le faible est peut-être celui qui se cache pour pleurer.

Le moins faible est celui qui accepte sa vulnérabilité et non celui qui la fuie.

 

Faiblesse du « fort »

 

Selon moi, « faible » et « fort » ne reste que des mots (on est d’accord, les mots sont importants de nos jours) mais il s’agit surtout d’un manque de connaissances. Manque de connaissances de chacun, si on apprenait à mieux connaître une personne que l’on trouve « faible », on changerait sûrement d’avis.

Une personne peut manquer de courage à une période de sa vie (pour multiples raisons) et en être rempli à une autre période, question de point de vue encore une fois.

Mais, au fond, serions-nous pas tous des faibles ?

 

Donnez moi votre avis sur cet article dans les commentaires !

 

Prenez soin de vous.

Romain

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.