Le stress c’est quoi?

Le stress est un mécanisme physiologique qui se manifeste lorsque l’on fait face à une contrainte ou à un déséquilibre.

Si vous découvrez mon blog, je vous invite à cliquer sur commencez-ici pour en avoir un aperçu. Et sur à propos de pour en savoir plus sur moi. Bonne lecture!


  • Si la solution apportée est satisfaisante, le stress diminue et l’organisme retrouve son état initial.
  • Dans le cas contraire, le mécanisme peut s’emballer et produire des perturbations importantes, voire dangereuses.
  • Le corps perçoit l’urgence et répond par une première phase d’alerte, qui met le sujet en état d’éveil.
  • La phase de résistance permet donc de contrôler la phase d’alerte afin de protéger l’organisme d’une surchauffe.
  • Si les phénomènes stressants maintiennent leur pression sans que l’individu trouve de solution, l’organisme peine à maintenir son rythme et se fatigue.

 

Chez l’homme, le stress suit des chemins complexes qui prennent leur source dans le cerveau et il mobilise à la fois le système nerveux et le système endocrinien. Réaction automatique et naturelle, le stress équivaut à un signal d’alarme corporel qui alerte l’individu et le prépare à réagir.

Si la solution apportée est satisfaisante, le stress diminue et l’organisme retrouve son état initial. Dans le cas contraire, le mécanisme peut s’emballer et produire des perturbations importantes, voire dangereuses. À l’opposé de sa fonction initiale, le stress peut alors prendre une dimension pathologique: au lieu d’être un moyen de s’adapter aux changements ou de répondre à l’adversité, il aggrave les contraintes subies.

Le temps vecteur de stress?

Le phénomène est aussi ancien que les premiers organismes vivants, mais sa
mécanique a été décrite récemment, par Hans Selye (1907-1982). Avant cela,
dans bien des cultures du monde, le déséquilibre était déjà considéré comme
un danger. Claude Bernard (1813-1878) a, le premier, caractérisé la capacité d’un système biologique à maintenir son équilibre face à des contraintes extérieures.

 

Voilà le ressort fondamental du stress :

  • la préservation permanente de l’équilibre dans un environnement changeant.

Charles Darwin (1809-1882) expliquait que les espèces qui survivent sont celles qui ont su s’adapter à leur environnement. En cela, l’histoire du stress est aussi la nôtre…

 

Les trois états physiologiques du stress

 

1 – Alerte: la réaction réflexe de l’organisme.

Un bruit d’explosion, un événement inhabituel, une émotion intense: un stresseur est une perturbation qui place l’individu en situation de devoir réagir et s’adapter. Le corps perçoit l’urgence et répond par une première phase d’alerte, qui met le sujet en état d’éveil. Elle repose sur le système nerveux sympathique qui prévient l’ensemble du corps. Avant même toute analyse réfléchie et consciente de la situation, l’organisme active les fonctions nécessaires à la fuite ou au combat – notamment les fonctions cardiaques et musculaires qui sont renforcées – et inhibe celles qui sont inutiles, comme la digestion ou la reproduction.

 

2 – Résistance: construire la réponse physiologique

Si le phénomène qui provoque le stress demeure après l’alerte, une deuxième étape débute. L’organisme mobilise d’autres moyens pour consolider ses possibilités de réaction. C’est le rôle des glucocorticoïdes (cortisone et hydrocortisone ou cortisol) qui mettent, par exemple, plus de glucose à disposition des organes, tout en calmant l’emballement physiologique impulsé par l’adrénaline et la noradrénaline. Ce second mécanisme maintient la vigilance, mais restaure l’équilibre. La phase de résistance permet donc de contrôler la phase d’alerte afin de protéger l’organisme d’une surchauffe.

 

3 – Épuisement: l’absence de solution et le stress chronique

La dimension pathologique du stress intervient si la phase de résistance se prolonge trop longtemps. Si les phénomènes stressants maintiennent leur pression sans que l’individu trouve de solution, l’organisme peine à maintenir son rythme et se fatigue. La production de cortisol ne parvient pas à ramener l’équilibre et cause des dommages à certains organes, comme le cœur. Cette situation décrit le stress chronique, qui peut avoir des conséquences graves sur l’état physique et psychologique d’une personne (augmentation du risque d’infarctus, dépression, etc.).

Si vous avez des soucis de stress, consulter votre médecin avant toute chose. En complément, je vous partage d’autres articles sur le sujet ici.

 

Prenez soin de vous et à bientôt !

Romain

 

Note:

  •  Fondation AprilPartage de l’article: Comprendre les mécanismes du stress.
  • Le Monde – Les perturbateurs endocriniens, qu’est-ce que c’est ? – 04.09.2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.