La méditation par Frédéric Lopez !

« Me recentrer sur l’instant présent m’a appris à me sentir bien. »

« Il est en train de parler d’un ressenti, un contentement que moi je ne connais pas. »

« Comme nous tous j’avais peur. J’avais peur, en étant seul, d’être submergé par une tristesse, des émotions du passé, par des peurs… »

« La seule chose qui existe c’est ici et maintenant, voilà ce qui est important. C’est aussi basique et implacable que ça! »

Frédéric Lopez.

 

Frédéric Lopez :

Il y a un homme qui a changé ma vie, il s’appelle Gambatte, il est éleveur de rênes, il vit dans la taïga en Mongolie et sa vie est assez simple… 

Quand il me parle à moi, je me suis rendu compte qu’il parle à tous mes amis, à tous ceux que je connaissais dans le monde occidental, il ne parlait pas qu’à moi en fait.

Il s’allonge par terre et me dit de m’étaler, je me sentais coincé moi en fait, je me sentais anxieux, je me sentais beaucoup moins libéré que lui. Il me dit: « alors, on n’est pas bien là, de quoi on a besoin? Mais c’est ça le bonheur, on est là, on profite de l’instant présent » Ce qui était fascinant c’est que cet homme-là ne savait pas que j’étais en train de m’interroger sur toutes ces questions.

Lui, il me raconte que les moments les plus heureux de sa vie c’est quand il part seul dans la forêt avec un rêne et une tellière et je me rends compte qu’en fait, il n’est pas en train de faire semblant. Il est en train de parler d’un ressenti, un contentement que moi je ne connais pas.

Assez rapidement j’ai faits l’expérience de ce qu’il racontait. J’ai été seul, dormir dans la nature, comme il faisait lui. Je me suis rendu compte que toute ma vie j’avais évité d’être seul, parce que au fond je passais mon temps à m’intéresser aux autres, sans doute pour ne pas m’intéresser à moi-même. J’étais toujours dans l’action, alors que j’avais plein de satisfaction mais j’étais plus dans le FAIRE que dans L’ETRE.

Je me suis rendu compte, grâce à lui, que je fuyais, que je fuyais quelque chose, que je fuyais les émotions négatives. Comme nous tous j’avais peur. J’avais peur, en étant seul, d’être submergé par une tristesse, des émotions du passé, par des peurs…

J’ai découvert qu’ETRE dans l’instant présent, comme il me le recommande, je n’y arrivais pas. J’ai donc suivi un entraînement intensif, j’étais quelqu’un de très anxieux qui avait du mal à penser à l’instant présent parce que je passais mon temps à penser au souci d’après.

C’était de la méditation. Moi je faisais partie des gens qui confondaient la méditation et la lévitation donc c’est quelque chose qui ne me concernait pas. En gros pour moi, sur Terre, il y avait les gens qui étaient dans l’action et d’autres qui pouvaient passer leur temps à méditer devant un poster du Bouddha.

Alors j’avais choisi l’action. Et puis, j’ai découvert que l’on pouvait être encore mieux dans l’action. La méditation c’était de la météo intérieure. Comme tout le monde, avant de sortir je regarde le temps qu’il fait dehors pour me couvrir etc. C’est une technique qui a été propagé des Etats-Unis et en France par Christophe André, elle demande de l’entraînement, c’est-à-dire qu’il ne suffit pas de savoir comment ça marche. J’ai commencé à faire les expériences de la méditation, j’ai été très loin puisque je me suis retrouvé à faire une semaine de silence, une semaine pour aller à l’intérieur de soi. C’est l’expérience la plus incroyable que je n’ai jamais vécue, du coup cela change toute ta perception du réel, c’est aussi simple que ça. Je me suis rendu compte que ce qu’on appelle le réel est plein de sens: notre ressenti, on ne fait pas très attention à notre ressenti, moi j’étais plus un cérébral et je ne faisais pas assez confiance à mon intuition. Depuis que je fais confiance à mon ressenti, ma vie est plus chouette. Parce que d’abord on fait le tri des gens toxiques qui sont autour de nous, aussi des activités toxiques. Et puis surtout, la perception du monde, c’est ce que je ressens à l’instant T, j’ai compris qu’il n’y avait pas autre chose, j’ai compris que le passé n’existait pas, le futur n’existe pas. La seule chose qui existe c’est ici et maintenant, voilà ce qui est important. C’est aussi basique et implacable que ça !

Cet entrainement m’a aidé à être dans « l’ici et maintenant ».

Je me suis rendu compte qu’avant je passais mon temps à fuir les émotions négatives, par tous les moyens: boire un coup, faire la fête…

Maintenant, je n’ai plus envie de les fuir, j’ai envie de les observer. Des chercheurs ont expliqué que quand on observe une émotion, cela s’appelle la « défusion », c’est-à-dire que ça la désactive. Observer ce que l’on ressent et pas le fuir.

La méditation apprend à se recentrer, à savoir qui on est, à plus faire attention à mes besoins.

Quels sont mes vrais besoins ? On se rend compte qu’ils ne sont pas énormes.

La méditation ne vous promet pas le bonheur ni la fin de la souffrance. Elle m’a promis juste, que quand ça n’allait pas bien je devais observer ce que je ressentais.

Me recentrer sur l’instant présent m’a appris à me sentir bien. Cela peut paraître égoïste. Mais comment voulez-vous aider les autres si vous, vous n’allez pas bien. Je me suis donc senti moins coupable de m’occuper de moi.

Bravo au site Et si c’était possible.com pour cette belle interview de Frédéric Lopez lié à la méditation.

Partagez cet article s’il vous à plu. Il pourrait aider certaines personnes !

Prenez soin de vous

Romain

 

Ps: Laissez votre commentaire en bas de page.

recherches utilisées pour trouver cet article :https://maletreautravail fr/la-meditation-par-frederic-lopez/#comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.