Comment avoir de nouvelles habitudes ?

Si nous avons une bonne résolution, par exemple de moins courir dans tous les sens, mais que nous n’y arrivons pas réellement, nous sommes alors en proie à une mauvaise habitude.

Les bonnes habitudes apaisent et rythment notre vie, mais les mauvaises pompent notre énergie.

Faisons le point sur nos propres habitudes, nous verrons que c’est assez facile :

  • si une chose que nous faisons quotidiennement nous rend heureux et nous dynamise, il s’agit d’une bonne habitude,
  • si elle nous fatigue, nous rend morne, nerveux ou stressé, c’en est une mauvaise.

En cas de doute : prenons le temps d’observer attentivement notre réaction.

 

Résolutions

Quand vient le moment des bonnes résolutions, on retrouve très souvent les mêmes mauvaises habitudes : trop manger, peu d’activités physique, trop boire. Les personnes victimes de burn-out souhaitent se défaire de leur mauvaise habitude à se mettre systématiquement la pression. Ruminer en est un autre exemple, au même titre que de se ronger les ongles, arriver toujours en retard, procrastiner, faire du shopping.

Mais comment savoir quand cela devient trop ? Nous pouvons facilement le mesurer nous-même. Si nous avons une bonne résolution, par exemple de moins courir dans tous les sens, mais que nous n’y arrivons pas réellement, nous sommes alors en proie à une mauvaise habitude.

 

Motivation

Comment avoir de nouvelles habitudes ?
Notre motivation peut se développer

Pour nous en détacher, la motivation est essentielle. Si nous souhaitons maigrir mais sommes prêt à renoncer à rien, nous ne pourrons jamais y arriver. Dans ce cas, l’intention de faire autrement se révèle contre-productive. Ainsi, nous aurons uniquement une image de plus en plus négative de nous-même.

Parfois, certaines personnes préfèrent ne pas changer ou ne pas entendre que quelque chose est une mauvaise habitude. Car elles ne sont pas prêtes à renoncer à l’avantage que cela leur procure.

Pour commencer, dressons une liste des avantages en question : manger excessivement peut être une source de réconfort, la boisson peut aider à se détendre, etc. Par exemple, on sait qu’il est préférable de prendre son café vers 11h, deux heures après le petit déjeuner, mais l’on trouve notre espresso bien meilleur juste après avoir mangé. Nous ne souhaitons donc pas changer cette habitude.

La question à nous poser est toujours : quelle est réellement ma motivation ?

 

L’attention

Consulter trop souvent nos e-mails et les réseaux sociaux peut aussi être très gratifiant: cela nous apporte de l’attention. Si nous avons l’habitude de passer des heures derrière notre ordinateur le soir et que nous voulons changer cela, nous devons nous trouver une occupation de substitution clairement définie : qu’allons nous faire pendant le temps libéré ?

La thérapie comportementale a toujours démontré que les gens ne peuvent se détacher d’une habitude que s’il ont une solution de remplacement. De préférence la plus concrète possible : aller faire une séance de sport avec un proche plutôt que de traîner sur Instagram, par exemple.

 

L’écrire

Comment avoir de nouvelles habitudes ?
L’écriture est en plus très bénéfique

Tout observer et tout coucher sur papier est une autre manière de se défaire des habitudes.

Par exemple, pour les accros du shopping, écrire précisément combien vous dépensez par semaine.

Ensuite, se fixer un objectif : de combien j’aimerais réduire mes dépenses, quel délai je m’autorise pour y parvenir, qu’est-ce que je ferais avec l’argent économisé ?

 

Le physique

La réussite du sevrage des mauvaises habitudes dépend, en grande partie, de la condition physique : sommes-nous suffisamment en forme et énergique pour tenir bon ? Si on est fatigué ou si nous nous apitoyons sur notre sort, nous replongerons plus facilement. Nous nous dirons alors que nous avons le droit de nous gâter davantage, pour compenser.

Il est donc important d’adopter une bonne hygiène du sommeil, car repos et humeur sont étroitement liés.

 

Récompense

Soyons également bon envers nous-même, récompensons-nous à chaque pas différent. Et essayons de ne pas perdre de vue que les bonnes habitudes peuvent renforcer notre bonheur. Le sport, par exemple, nous apportera d’emblée un sentiment de dynamisme.

 

Donnez moi vos bonnes habitudes dans les commentaires !

 

Prenez soin de vous

Romain

Facebook Mal être au travail

Instagram Mal être au travail

 

Note : Happinez – psychothérapeute Carien Karsten.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.