3 points sur notre vie

3 points sur notre vie : La confiance, la simplicité, trouver son chemin.

 

 

Confiance

J’ai grandi dans la confiance et dans la liberté. Ces deux atouts m’ont permis de déployer ce que j’étais vraiment. La confiance est comme une grande page blanche avec la phrase « A toi de jouer » écrite en haut. A l’adolescence, je faisais parfois des pièces de théâtre un peu expérimentales.

Mon père disait : « je ne comprends rien mais vas-y, continue, continue comme ça. » Cette confiance-là, dans ce que j’étais, m’a énormément aidé. Il s’agit d’une sorte de stimulation sans incitation directive : le monde est à toi, il ne reste plus qu’à y prendre place et si possible à le rendre plus beau. Si j’ai une vocation, c’est d’essayer de rendre la vie un peu plus belle. C’est ce que peut faire la littérature.

Parfois, pour rendre la vie plus belle, il suffit d’y coller le nez, d’aller la regarder de près. Il ne s’agit pas de la transformer, à aucun moment. S’il est facile d’exister quand on nous fait confiance, le plus difficile est de faire confiance. Le véritable héros, c’est celui qui fait confiance, qui accepte que l’autre puisse avoir une proposition meilleure que la sienne. C’est toute la question de l’intelligence collective qui repose sur la confiance.

Pour écrire mes premières lignes, je me suis dit : « je dois me faire confiance ». Le manque de confiance est la seule chose qui nous freine. Tous ceux qui hésitent à écrire ou à créer, c’est qu’ils ne se font pas assez confiance. J’ai ouvert mes canaux créatifs en me disant : « c’est possible, le meilleur est à venir. »

3 points sur notre vie
Le meilleur est à venir !

Simplicité

C’est quelque chose que j’admire beaucoup chez les autres. Arrivé pour un dîner prévu depuis un mois et voir que le couvert n’est pas mis. Alors que moi, par exemple, depuis trois jours, je serais en train de travailler les éclairages et les sauces. Je trouve, à vrai dire, que la vraie hospitalité, c’est que cette simplicité qui consiste à accueillir dans sa vie et pas dans une vie qu’on met en scène. Ce sont des leçons  que je prends à ces moments-là.

Je trouve que, paradoxalement, la simplicité est un travail, il consiste à retirer des couches. Ce n’est pas qu’on a rien ajouté, c’est qu’on a retirer beaucoup de choses. La simplicité demande par-dessus tout de prendre son temps et d’être dans une grande attention. C’est l’art du présent.

 

Trouver son chemin

J’ai été un peu acteur, metteur en scène, cuisinier… Plein de choses m’ont passionné. A chaque fois, je me suis posé la question : à quel endroit suis-je le plus utile ? Je pense que c’est cela qui m’a permis de définir mon chemin. Quand par exemple, je me dis que j’adorerai faire des décors de théâtre… Pour l’instant, je vois beaucoup de gens qui feraient des décors de théâtre mieux que moi. En revanche quand il s’agit d’écrire ce que je veux écrire, je pense que si je ne l’écris pas, personne n’écrira ce livre. Je cherche donc l’endroit où je suis un peu plus nécessaire qu’ailleurs.

C’est comme ça que j’ai tracé mon chemin. Ecrire c’est trancher, c’est choisir des chemins sans arrêt. C’est à tout moment, être à des embranchements, élaguer et choisir. Quand mon héros d’un millimètre et demi, Tobie, est suspendu à une feuille de son arbre, il peut soit être emporté par un moustique, soit descendre par là… Que faire de lui ? De toute façon, il faut que je choisisse. J’ai la grande chance d’avoir cette sorte de confiance de départ qui fait que le chemin que je choisirai sera le bon, je le sais toujours, puisque cela sera mon chemin. Ma chance, grâce à cela, est de ne pas avoir de regrets. Je me retourne, je regarde et je me dis : c’est ma vie

 

Pense à partager cet article !

 

Prenez soin de vous

Romain

Facebook Mal être au travail

Instagram Mal être au travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.